Home > Actualités > FICHE FILIERE MANIOC EN CÔTE D’IVOIRE

CONTEXTE

Le manioc devrait devenir la principale nourriture du 21ème siècle, surtout dans les pays africains. Selon les estimations de la FAO, la production du manioc en Afrique de l’Ouest en 2022 devrait atteindre environ 122 millions de tonnes, soit une augmentation de 3,4 % par rapport à 2021.

Le Nigeria est le premier pays producteur de manioc en Afrique, avec environ 60 millions de tonnes, suivi du Ghana (19 millions de tonnes), de la Côte d’Ivoire (11 millions de tonnes) et du Bénin (7 millions de tonnes).

En Côte d’Ivoire, la chaîne de valeur du manioc représente, selon des études conduites en 2017, près de 12% du Produit intérieur brut (PIB) agricole et 2,8% du PIB national

Ainsi, le manioc constitue une culture stratégique pour la sécurité alimentaire et le développement économique du pays. Il contribue à la sécurité alimentaire de millions de personnes, notamment dans les zones rurales, et fournit des matières premières pour l’industrie agroalimentaire.

En 2022, grâce à la mise en œuvre du Plan National de Développement du Manioc (PNDM) issu de la Stratégie Nationale de Développement Agricole et de Sécurité Alimentaire, la filière devrait connaître une croissance significative en termes de productivité, de transformation et de valorisation.

FORCES DE LA FILIERE

La filière manioc présente de nombreuses forces. Parmi elles, on peut citer :

  • Forte demande nationale et régionale de produits dérivés du manioc, tels que l’attiéké, le placali, le gari, le tapioca, la farine ou l’amidon.
  • Depuis 2019, l’Attiéké bénéficie d’une Indication Géographique Protégée.
  • Capacité d’adaptation du manioc aux conditions agro-écologiques variées et aux changements climatiques, grâce à sa tolérance à la sécheresse et à sa résistance aux maladies et aux ravageurs.
  • Disponibilité de variétés améliorées de manioc, développées par le Centre national de recherche agronomique (CNRA) avec l’appui du FIRCA et diffusées par les services de vulgarisation (ANADER) et les organisations professionnelles agricoles.
  • Introduction de nouvelles variétés améliorées, résistantes aux maladies et aux ravageurs, et adaptées aux conditions agro-écologiques et aux besoins des consommateurs.
  • Implantation croissante d’unités de transformation semi-industrielles de production d’attiéké appartenant à des sociétés coopératives ou groupement de femmes dans les différentes régions de la Côte d’Ivoire.
  • Présence d’un tissu associatif dynamique et structuré, regroupant les acteurs de la filière manioc, notamment les pépiniéristes, les producteurs, les transformateurs, les commerçants et les consommateurs.
  • Accompagnement des structures nationales et régionales de recherche, de Conseil agricole et des partenaires au développement à travers l’appui à la production, à la transformation, à la commercialisation et à la promotion des produits dérivés du manioc.

LES OPPORTUNITES DE LA FILIERE

La filière manioc offre de nombreuses opportunités de développement économique et social :

  • Culture stratégique pour la sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire
  • Opportunités de revenus et d’emploi aux femmes rurales.
  • Transformation du manioc en divers produits, notamment l’attiéké, une semoule très appréciée par les consommateurs.
  • Source de revenus pour de nombreux acteurs de la filière, notamment les petits producteurs, les transformateurs et les commerçants
  • Utilisation dans la fabrication de la bière et la liqueur
  • Emploi dans la fabrication de produits industriels notamment l’amidon, la farine, le pain, le granulé, la colle et la pâte dentifrice.
  • Utilisation dans divers secteurs industriels comme la pharmacie, la cosmétique, l’agroalimentaire ou le textile.
  • Culture résistante à la sécheresse et adaptable à différents sols.

DEFIS DE LA FILIERE

La filière manioc fait face à plusieurs défis qui limitent son potentiel de développement et de transformation. Parmi ces défis, on pourrait mentionner :

Défis identifiés Préoccupations soulevées
 

 

Productivité agricole 

Utilisation de variétés peu performantes (on doit passer de 6t/ha à 20 t/ha)
Méconnaissance des nouveaux itinéraires techniques (sensibiliser à respecter la densité à l’hectare)
Faible connaissance de la gestion des sols et de la lutte contre les ravageurs (utiliser la fertilisation sur les sols pauvres)
Difficultés d’accès aux intrants et aux services de vulgarisation
 

Qualité du produit 

Détérioration rapide des racines après la récolte
Contamination par les mycotoxines
Faible connaissance des normes sanitaires
 

 

Compétitivité du secteur

Coût élevé de la main-d’œuvre
Manque d’infrastructures de transport et de stockage
Concurrence des produits importés
 

Organisation des acteurs

Insuffisance de structuration des producteurs, des transformateurs et des commerçants
Faible coordination entre les différents maillons de la chaîne de valeur

 

STRATEGIES POUR REDYNAMISER LA FILIERE

Pour redynamiser la filière manioc, il est nécessaire de mettre en œuvre une stratégie basée sur les axes suivants :

  • Renforcer la recherche et le développement agricole pour améliorer la variété et la résistance du manioc, ainsi que les techniques culturales et les pratiques agroécologiques.
  • Développer les capacités des acteurs de la filière, notamment les producteurs, les transformateurs et les organisations professionnelles, en matière de gestion, de qualité, de normes sanitaires et de marketing.
  • Promouvoir l’innovation et la diversification des produits à base de manioc, en valorisant les savoir-faire locaux et en répondant aux besoins des marchés nationaux et régionaux.
  • Renforcer les infrastructures et les services de soutien à la filière, tels que le stockage, le transport, la transformation, la distribution et le financement.
  • Renforcer le cadre institutionnel et réglementaire de la filière, en favorisant le dialogue entre les acteurs publics et privés, en harmonisant les politiques sectorielles et en facilitant l’accès aux marchés.

Auteur : Arcadius Patrice Yapi N’CHO

Consultant Agro-économiste, Expert en Analyse des Chaines de valeurs agricoles

Mail : lacotedivoireagricole@gmail.com

 64,218 Nombre de vue,  2 Vue du jour

Leave a Reply

?>