Home > Actualités > CÔTE D’IVOIRE : SITUATION DE LA FILIERE MANGUE EN 2022

CÔTE D’IVOIRE : SITUATION DE LA FILIERE MANGUE EN 2022

 

  • Contexte macro-économique

La filière mangue contribue à la diversification des exportations agricoles du pays. Elle représente environ 10% de la production fruitière nationale et génère des revenus pour plus de 7 000 producteurs. Selon le Ministère d’Etat, Ministère de de l’Agriculture et du Développement Rural, la production de mangue est évaluée à 150 000 tonnes par an

Le pays dispose d’un important verger de manguiers traditionnels et de quelques plantations de type moderne. Selon la FAO, le verger est passé de 10 000 hectares en 1999 à plus de 20 000 hectares aujourd’hui. Les exploitations sont réparties principalement dans les régions de la Bagoué, du Poro, du Tchologo et du Hambol

Relativement à la production nationale, plus de 90 % est assurée par des petits producteurs (environ 7 000), avec des superficies variant de 2 à 20 hectares. Pour l’accompagnement des producteurs à l’accès au marché mondial, des coopératives ont été créées dans les différentes zones de production. Aujourd’hui, lesdites organisations n’assurent pas toujours la commercialisation directe de leurs produits.

La Côte d’Ivoire est le premier producteur et exportateur de mangues en Afrique de l’Ouest, avec une production annuelle estimée à 150 000 tonnes par an, dont environ 20% sont destinés à l’exportation. Les principales variétés produites sont l’Amélie, le Kent, le Keitt et le Zill.

En 2022, la filière mangue devrait contribuer à hauteur de 150 milliards de francs CFA au produit intérieur brut (PIB) de la Côte d’Ivoire, soit une augmentation de 15% par rapport à 2021

Selon les données de la FAO, la part de l’exportation des mangues de la Côte d’Ivoire sur le marché mondial en 2022 devrait atteindre 12%, soit une augmentation de 2 points par rapport à 2021.

  • Evolution de la production nationale de mangues en Côte d’Ivoire

 

  • Brève situation de l’Environnement des investissements

La filière mangue constitue un levier stratégique pour le développement économique et social du pays, en créant de l’emploi, en réduisant la pauvreté rurale et en valorisant le potentiel agro-écologique du territoire.

A cet effet, les actions réalisées par l’Etat et les structures d’appui ont porté sur la diversification des marchés, l’amélioration de la qualité sanitaire et organoleptique des fruits, et le renforcement des capacités des acteurs de la filière.

Aussi, en 2022, plusieurs facteurs favorables au développement de la filière ont été enregistrés, à savoir :

  1. la demande mondiale de mangues a été remarquable, notamment en Europe, où les consommateurs apprécient la qualité et la diversité des mangues ivoiriennes ;
  2. le gouvernement a mis en place des mesures d’accompagnement pour renforcer la compétitivité de la filière, telles que l’amélioration des infrastructures de transport et de conservation, le renforcement des capacités techniques et organisationnelles des acteurs, ou encore le soutien à l’accès au financement ;
  3. la filière a bénéficié de l’appui de partenaires techniques et financiers, tels que l’Union Européenne, l’Agence Française de Développement ou le Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles, dans les domaines de la promotion de la qualité sanitaire et phytosanitaire, la certification biologique, l’innovation technologique…

En outre, les exportations ivoiriennes sont aujourd’hui entièrement certifiées GLOBALGAP. D’autres certifications sociales répondant aux exigences des marchés sont également appliquées, telles que GRAPPS et FAIR FOR LIVE. Pour la gestion de la filière, trois organisations professionnelles cohabitent en parfaite harmonie : l’OCAB, l’AREXMA et l’OBAMCI.

  • Situation des structures exportatrices

Les exportations de mangues ont évolué positivement au fil des années de 71 tonnes en 1981 à 22 533 tonnes en 2015 pour atteindre plus de 40 000 tonnes en 2019. En 2021, la Côte d’Ivoire a connu des exportations record avec 47 500 tonnes expédiées en Europe. Cela fait de la Côte d’Ivoire le premier pays africain exportateur de mangues et troisième fournisseur du marché européen.

On enregistre en moyenne une trentaine de structures exportatrices privées pour l’exportation de la mangue de Côte d’Ivoire. En 2018, 36 unités de conditionnement de mangue fraîche ont été recensées par les autorités sanitaires dans les villes de Korhogo (18 stations), Sinématiali (10 stations), Ferkessédougou (7 stations) et Odienné (1 station).

Source : SikaFinance- Fruitrop-InterMangue-AgenceEconfin

 

 

 17,773 Nombre de vue,  57 Vue du jour

Leave a Reply

?>